produits-soin-bio-vegan

Idées soin pour peaux abîmées

Si vous me suivez depuis longtemps, vous saurez qu’à mes humbles débuts, je me suis risquée au blogging beauté. J’ai fait quelques articles sur des produits de maquillage et de soins, notamment capillaires. Mais je m’en suis assez rapidement détournée (ce n’était pas une franche réussite), notamment parce que je suis passée au bio et au vegan, et que ça a considérablement changé ma manière d’appréhender l’univers cosmétique. En quelques mois, j’ai jeté la quasi-intégralité du contenu de mes placards, qui regorgeaient de crèmes hydratantes de plus ou moins bonne qualité, et shampoings enrichis en SLS et en silicones, pour me tourner vers un autre mode de vie, plus respectueux de l’environnement, des animaux, mais aussi et surtout de ma santé.

Se mettre au vert

Adieu donc les marques de supermarché, adieu même les produits greenwashés (désolée M. Rocher), j’ai tout changé (rime riche). Et j’ai tâtonné, assez longtemps finalement. Après environ un an et demi de retour aux sources végétales, j’ai découvert quelques produits naturels qui m’aident beaucoup au quotidien. J’aime la simplicité des ingrédients uniques, que j’utilise sur le long terme, pour pouvoir vraiment noter leur efficacité — on ne répètera jamais assez qu’il vaut mieux n’inviter qu’un nouveau produit à la fois dans sa routine de soin, afin de mieux repérer d’éventuels problèmes.

huile-de-coco

Il y a peu de temps, mon amie Bleu Kobalt a ouvert son magnifique Blog Bleu, où elle partage son mode de vie durable, sur une éthique très semblable à la mienne (on n’est pas amies pour rien faut dire), à ceci près qu’elle, elle n’a pas baissé les bras en matière de cosmétique. Elle propose d’ailleurs sur son blog des reviews de produits de beauté et de soin bio et vegan, et c’est la lecture de son blog qui, depuis quelques mois, tend dangereusement à me faire retomber dans la marmite.

Nouvelle formule

C’est dans l’idée de conjuguer ces deux états d’esprit — le 100 % naturel, végétal, simple à outrance, et la réalisation qu’il existe des produits tout fait dans le commerce, exempts d’ingrédients nocifs, et qui me faciliteraient la vie — que je vous propose ce billet aujourd’hui. Je vous parlerai dans un premier temps de mes astuces maison pour soigner ma peau abîmée, puis je vous parlerai de ma wishlist produits de beauté, spéciale peaux mixtes. Vous me direz à l’issue de votre lecture si c’est un format qui vous plaît, ou si définitivement, le blogging beauté n’est pas dans mes cordes. Promis, je ne me vexerai pas. (suite…)

NaNoWriMo

En novembre, j’écris un roman

Ouah, vlan ! La nana elle arrive, elle pose ses ovaires sur la table, comme ça, sans aucune prétention. Je sais ce que vous pensez : mais pour qui elle se prend ?! Dites-vous bien que c’est une question que je me pose moi-même, et qui n’a pas encore de réponse. Le 30 novembre à 23h59, nous serons à même de décider si je suis a) une grosse loseuse des familles, qui a eu les yeux plus gros que le ventre, ou b) une winneuse sans précédent, animée de la flamme de la victoire.

Pourquoi le 30 novembre ? Parce que cette année, mes braves gens, je participe au NaNoWriMo. (suite…)

assiettes-daal

Le daal : comfort-food chaleureux

Qui dit automne, dit nombre incalculables de billets de blog qui commenceront en parlant de cette saison, et dit aussi nourriture réconfortante, pas compliquée à mijoter, qu’on peut faire en grande quantité. Avant d’annoncer officiellement la période des soupes et autres veloutés ouverte, je me dois de vous parler d’un plat que je fais régulièrement quand : j’ai besoin d’amour, quand j’ai la flemme, quand je dois inviter des non-vegans et leur prouver qu’on ne bouffe pas que des cailloux, quand j’ai envie de riz, quand j’ai envie de piment, quand j’ai envie de faire la cuisine une fois en deux jours et de bouffer de délicieux restes… Vous l’aurez compris : toutes les occasions sont bonnes pour manger le plat dont je m’apprête à vous dévoiler la recette.

A la recherche du daal parfait

Recette qui n’a pas été, au demeurant, facile à mettre au point. Quand on m’avait parlé de daal, j’ai été tout de suite intriguée, parce que je n’avais jamais mangé de lentilles corail avant de devenir végétarienne. Me regardez pas comme ça, c’est plutôt courant comme maladie, la néophobie alimentaire de l’adulte qui pense que pâtes + steak + crème fraîche = repas équilibré. J’ai donc cherché des recettes. Et j’en ai testé. Beaucoup. A un point dans ma vie, je me suis même retrouvée à dire « mais en fait j’aime pas ça, les lentilles corail… », dépitée, mal-aimée. Je n’avais tout simplement pas réussi à trouver le parfait équilibre entre les lentilles, le crémeux, le pimenté, les épices… (et je n’avais pas encore remarqué que je n’aime pas, mais alors pas du tout la cardamome, ruinant ainsi de nombreuses plâtrées) (suite…)