bibliothèque

J’ai donné mes livres

Il y a quelques temps, je lisais sur le blog d’Antigone XXI son article sur la nécessité de faire, au moins une fois dans sa vie, le vide de son dressing. J’ai mis du temps pour m’y mettre, mais je l’ai finalement fait, et c’est ainsi que je me balade depuis quelques mois avec deux jeans en flux tendu et un nombre restreint de T-shirts et pulls qui fait qu’enfin, je mets toute ma garde-robe et non pas la moitié ou le quart, oubliant le reste au fond du tiroir, invariablement tout chiffonné. Mais ce n’est pas de ça que je voulais vous parler, parce que j’aurais pu vous raconter comment j’ai donné toutes les fringues auxquelles j’ai dit adieu à ma petite soeur, et comment depuis je suis sa soeur préférée (je suis sa seule soeur), sauf que l’histoire se serait arrêtée bien vite. C’est fini, rideau, du balai.

Non, ce que je voulais vous dire, c’est qu’il y a un peu plus d’un mois, j’ai décliné le concept du vide-dressing avec un meuble de mon appartement qui contenait à la base beaucoup plus d’éléments, et qui me suit, quasiment intact si ce n’est pour être augmenté dans son volume, depuis que je suis toute petite. Vous l’aurez compris, j’ai fait le vide de ma bibliothèque.

(suite…)

Brève romanesque #3 : toujours vivante !

C’était la deuxième semaine du NaNoWriMo, celle réputée pour être la plus dure à supporter. Apparemment, nombre d’écrivains abandonnent une fois l’excitation du challenge passée et j’avoue que je n’ai pas fait exception. Cette semaine a été particulièrement difficile pour moi au niveau de l’inspiration, notamment parce que tous les moments trop intéressants de mon histoire étaient passés et qu’il me fallait trouver de nouveaux rebondissements. Comme je suis une vilaine sadique, j’ai choisi de faire vivre des trucs pas cools à mon personnage principal, et bizarrement je rechigne beaucoup plus à la faire passer par des moments vraiment durs qu’à décrire le soleil d’une plage grecque. Allez comprendre.

Impossible de m’arrêter

Toujours est-il que malgré ma baisse de motivation flagrante, mon compte de mots a toujours été plus que raisonnable, et toujours au-dessus du minimum conseillé. A croire que même totalement déprimée, je suis toujours prolixe. Le truc bien c’est que mon état d’esprit matchait pas mal celui de mon personnage et je n’ai pas eu besoin de m’agonir de la BO de Requiem for a Dream pour trouver la bonne ambiance. Je finis la semaine avec un total hebdomadaire de 18 045 mots, pour un total total de 42 898 mots !

Oui, je pourrais pousser le vice et écrire ces 102 mots qui me séparent des 43k (comme on dit dans le jargon), mais j’ai décidé de plutôt aller danser sous une pluie de pommes de terre au four, parce que a) j’ai faim, et b) j’ai écrit aujourd’hui plus de 4000 mots en comptant ceux que j’ai fournis à une asso trop cool dont je vous parlerai bientôt. Du coup bon, hein, j’ai bien le droit de faire un break.

A ce rythme d’environ 2 600 mots par jour, je devrais avoir atteint les fatidiques 50k dans… trois jours ! Quoi qu’il arrive, je pense donc bien obtenir mon petit badge de winneuse à la fin du mois et m’offrir un mug NaNoWriMo, ainsi que le logiciel Scrivener. Je ne sais pas si j’aurai dit tout ce que j’ai à dire dans les sept mille mots restant. Le cas échéant, je continuerai le challenge comme tout le monde, et si j’ai fini, je commencerai à me relire.

Halfway point

J’ai un peu de mal à croire que ça fait déjà plus de quinze jours que j’y suis, et que j’ai déjà autant avancé. Je crois qu’on peut dire que je n’ai pas manqué de motivation. J’avais peur de ne pas trouver de choses intéressantes à faire vivre à mon personnage principal une fois la moitié du roman passée, et finalement je m’en sors pas trop mal, et c’est très intéressant de devoir jouer avec une atmosphère totalement différente de celle qui accompagnait les deux premières parties. Par contre j’ai déjà noté une grosse incohérence sur mon petit carnet de bord, que je prendrai le temps de rectifier plus tard. (non, un dimanche après-midi en pleines vacances, aucun enfant n’attend d’être récupéré à l’école…)

Le revers de la médaille quand on écrit très vite, c’est qu’on ne peut pas forcément passer dix ans sur une tournure de phrase, et donc il est fort probable que la qualité stylistique de ce que j’ai produit soit à revoir. Mais c’est le jeu, ma pauvre Lucette, et je suis prête à remonter mes manches pour reprendre tout ce qu’il y a à reprendre une fois l’histoire bouclée.

Un ego-boost de dingue

Je suis pleine d’admiration pour moi-même, et c’est un super exercice pour moi. Je me rends compte que je suis capable. Et ça fait du bien. Oui, je jongle avec ma vie pro un peu chaotique, ma vie perso et mes amis, et ce challenge, comme une boss. Même que je trouve toujours le temps de vous écrire, de faire des cookies, ou comme hier, une superbe tarte au citron et au chocolat noir… Je suis une championne ;)

On se retrouve la semaine prochaine pour d’autres articles et dimanche prochain pour le quatrième et avant-dernier bilan hebdomadaire. Le dernier sera également le bilan du challenge complet, et je peux déjà dire que c’est une des expériences les plus instructives que j’ai vécues. Ciao bon dimanche !

couleur-caramel-review-beauté

Coup de coeur beauté : ma base lissante matifiante bio

La dernière fois que je vous ai parlé de produits de beauté, j’étais dans une période catastrophique où ma peau était à la fois asséchée et surgrasse, produisant des hectolitres de sébum en fin de journée pour se venger de mon piètre sommeil, de mon stress chronique et sûrement, des quantités trop élevées de sucre que j’ingère. Chaque soir, je nettoyais ma peau avec désespoir, réalisant que l’hydratation que je fournissais à mon épiderme le matin n’était pas suffisante, puisque ma peau suintait déjà à la pause de midi, à mon grand dam.

Depuis, la situation s’est (pas mal) améliorée, notamment car j’ai eu la chance de recevoir de la part de Couleur Caramel un produit qui est en train de doucement se rendre indispensable. C’est de ce petit bijou bio dont je vais vous parler aujourd’hui : la Base Lissante Velours matifiante de Couleur Caramel.

(suite…)