Nota Bene

Il sera désormais admis qu’absolument AUCUN commentaire assimilant l’expression de ma pensée féministe à un discours fasciste ou fascisant ne sera publié. C’est même pas la peine de chercher, ni de tenter de me contacter, ça ne sert à rien à part m’énerver.

Si vous ne voulez pas subir la terrible censure facho-féministe, vous n’avez qu’à poster des commentaires intelligents.

A bon entendeur.

Vous pouvez retrouver ma politique de modération en cliquant ici.

#100HappyDays : semaine 3

Cette semaine j’avais décidé de révolutionner mes petits-déjeuner en testant les délicieux porridge et smoothies de la délicieuse Antigone XXI. C’était une telle révolution que ça m’a rendue Happy ! Même si cette semaine a été pas mal difficile, ce challenge me rappelle toujours que la vie est belle.

D’ailleurs, comme pour me le rappeler, aujourd’hui j’ai fait ma première vente sur Etsy ! (merci Virginie !) N’oubliez pas que vous pouvez vous aussi vous procurer de jolies tasses en cliquant sur le badge Etsy dans la colonne de droite.

Comment ça va vous ? Il y en a qui courent le marathon de Paris ce matin ?

IMG_3440 IMG_3446 IMG_3459 IMG_3465 IMG_3479 IMG_3500 IMG_3511

9 – la bouillotte qui fait plaisir / 10 – dimanche 2.0 avec la fiancéy / 11 – le bel arbre au bout de ma rue / 12 – petit-déjeuner antigonien (porridge + smoothie vert kiwi/épinard/citron) / 13 – petit déj solo devant How I Met / 14 (qui n’a pas voulu s’afficher) – écouter la BO d’Alabama Monroe sous le soleil / 15 – porridge au cacao devant le dernier Crossed de Karim Debbache / 16 – dîner entre amis improvisé : ce qui ne devait être que des falafels et du hoummous (toujours chez Antigone) s’est transformé en un festin de rois !

Et vous alors, qu’est-ce qui vous a rendu heureux.se cette semaine ?

A bientôt ! ♥

bannière blog

Mon cher Rémi

Rémi, je dois te dire que je suis déçue. Mais c’est pas ta faute hein, j’aurais peut-être pas dû avoir autant d’espoir. Vois-tu, j’ai un peu râlé, très vite fait, sur mon Tumblr, à propos de ta dernière vidéo. J’ai été tellement bien accueillie par tes fans (je t’en parle après, ne t’en fais pas) que mes fans à moi — oui, là, j’avoue je me la pète — ont tenu à me tenir au courant de la suite des événements. Alors j’ai tout suivi d’un oeil un peu sceptique. Je t’ai lu dire que j’étais une prude, et j’ai doucement ri. Si tu savais…

Et puis soudain, une lueur d’espoir ! On m’envoie un lien vers LCI, en me disant, "Il s’excuse ! Bof, j’y crois pas trop…". Ni une ni deux, je fonce ! Tu parles ! Qu’on n’y croie pas trop, pourquoi pas, mais des excuses c’est déjà ça, non ? Alors je tombe sur ça, et de fil en aiguille, j’arrive .

Eh ben putain, je comprends qu’on n’y croie pas, hein. Pas une seconde même. J’aurais été moins dégoûtée si on m’avait juste dit que tu prenais la parole. Cela dit j’aurais été tout aussi en colère.

Et je suis en colère, Rémi, parce que tu as des responsabilités. Tu es connu, tu es célèbre, des milliers de personnes savent qui tu es, regardent tes vidéos et s’exclament en choeur, "wah trop cool le mec !" Des vieux qui regrettent de pas avoir eu l’audace de faire comme toi, des jeunes qui se demandent si un jour ils auront les couilles, des gens qui ont ton âge aussi. Moi-même, il fut un temps, je te regardais faire du karting sur l’autoroute et je me disais que t’étais bien barré, dans le bon sens. Et puis je t’ai perdu de vue, préférant donner les miennes à des YouTubeurs plus jeunes, puis délaissant YouTube. (tu t’en fous de ce que je dis là, hein, je m’égare)

Sur ce site, ils disent que tu es le plus grand YouTubeur français par nombre de vues. Ca en fait, des gens ! Je sais pas si tu te rends compte que du coup, ce que tu dis, ce que tu fais, a un impact. Permets-moi de rire jaune quand je lis ceci :

Je trouve que cette polémique est étonnante et qu’elle va très loin. Je me suis fait traiter de "sombre connard" quand même.

Figure-toi que moi, petite blogueuse de rien du tout, à 0 vue sur YouTube et à peine 1,000 likes sur Facebook, je me suis fait traiter d’ "ordure de sac à foutre", de "sale pute", un mec trop cool m’a ordonné de "venir sucer [sa] queue" et un autre m’a intimé de "retourner dans mon monastère". C’est quand même bizarre, que je me sois faite insulter comme ça, parce que j’ai osé donner mon avis — j’estime avoir été courtoise hein, d’ailleurs. A aucun moment, moi, je ne t’ai insulté. Et pourtant voilà ce qui m’est tombé sur le coin de la gueule. Donc c’est bien que ce que tu fais a un impact. Tu touches les gens, tu leur parles, et ce qui me fait vraiment flipper peut-être dans tout ça, c’est que tu leur parles d’un truc d’une telle manière qui leur donne envie de venir m’insulter de sac à foutre quand j’écris que je suis pas d’accord. Tu vois le lien ou pas ? (suite…)